• Le 16 novembre 2020
    false false

Les enseignants-chercheurs et chercheurs en droit et sciences politiques de Nantes réunis ce jour, le lundi 16 novembre 2020, à distance :
- souhaitent en premier lieu témoigner leur solidarité à la mobilisation actuelle de la communauté universitaire et notamment à la démarche engagée par les jeunes chercheurs inquiets pour l’avenir de l’Université (https://academia.hypotheses.org/28465) ;
- regrettent que la méthode choisie pour l’adoption de cette loi ne soit pas à la hauteur des enjeux et intervienne dans un contexte où le débat démocratique est rendu particulièrement difficile. Les périodes de confinement successives sont éprouvantes tant pour les étudiants que pour l’ensemble de la communauté universitaire qui aurait apprécié qu’une telle réforme puisse être discutée dans une période normale et non pas de façon accélérée par le biais de cavaliers législatifs ;
- expriment sur le fond leur très forte désapprobation face aux dispositions de la loi conduisant à la précarisation des emplois universitaires et à la pénalisation des mouvements étudiants sur les campus, lieux consacrés de la liberté d’expression ;
- s’inquiètent de la réforme des procédures de recrutement universitaire engagée sans aucune concertation alors que leur évolution doit impérativement reposer sur un dialogue préalable et constructif ;
- demandent en conséquence la suspension du vote définitif de la Loi de Programmation de la Recherche (LPR) aux fins de concertation et d’amélioration de la réforme
envisagée.

Nous nous réservons la possibilité de prolonger les actions individuelles ou collectives en cours et d’en entreprendre de nouvelles si nous n’étions pas entendus.

Télécharger la motion