https://droit.univ-nantes.fr/medias/photo/miniature-seance-2-fevrier-2023_1674547593882-PNG
  • Le 02 février 2023
    Campus Tertre
    Faculté de Droit et Sciences politiques de Nantes Université
    false false
  • Jeudi 2 février 2023 - exceptionnellement de 13h-15h
    Salle 358 et en visio (Zoom)

Le séminaire général DCS - Séance autour de l'ouvrage "Des droits vulnérables" - Anne Revillard - Cette séance est organisée avec le Centre Nantais de Sociologie (CENS) & s'intègre dans le séminaire "Penser l'interdisciplinarité aujourd'hui" de la MSH Ange-Guépin (UAR 3491)

Ce séminaire est accrédité comme Formation auprès de l'ensemble des doctorants de l'ED DSP

♦♦♦

"Des droits vulnérables"

Handicap, action publique et changement social
(Autour de l'ouvrage publié en août 2020)

Anne REVILLARD, Professeure associée en sociologie à l'Observatoire sociologique du changement (OSC), Directrice du Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques (LIEPP), Sciences Po - Paris

♦♦♦

Discutantes: Louise Mary-Defert (CENS) & Muriel Rouyer (DCS)

♦♦♦

Présentation de l’ouvrage

À partir de récits biographiques recueillis auprès d'individus ayant des incapacités motrices ou visuelles, l’ouvrage montre que les droits associés au handicap, souvent imprécis dans les textes, souffrent de défauts majeurs de mise en œuvre.

L'accès aux espaces publics d’une personne en fauteuil roulant a beau être inscrit dans la loi, là où la rampe fait défaut, ce droit reste lettre morte. L’école a beau se dire inclusive, si elle ne fournit pas à un élève non voyant les aménagements adaptés, elle ne l’est pas dans les faits.

Au fil des ans et des mobilisations, une multitude de droits ont été reconnus aux personnes handicapées. En quoi ont-ils changé leur vie quotidienne ? À partir de récits biographiques recueillis auprès d’individus ayant des incapacités motrices ou visuelles, l’auteure montre que les droits associés au handicap, souvent imprécis dans les textes, souffrent de défauts majeurs de mise en œuvre.

Pourtant, face à ces droits vulnérables, les individus sont actifs, dotés d’esprit critique et porteurs d’innovations. À l’école, dans l’entreprise, auprès des administrations ou dans les transports publics, ils protestent, négocient, bricolent et aménagent leurs droits, pour rompre avec la citoyenneté de seconde zone qui leur reste assignée.