Présentation

Objectifs de la formation

Ce master 2 s’ouvre davantage à la sociologie et plus largement à la criminologie. Ce parcours est porté par la Faculté de droit et des sciences politiques et l’UFR de sociologie. Cette formation, couplant compétences sociologiques et connaissances juridiques répond aux enjeux de recherche et de professionnalisation dans le champ en plein essor de la criminologie.
La formation vise à la maîtrise des schémas d’analyse des phénomènes de déviances et d’illégalismes, de leur prévention et de leur traitement sur différentes scènes, notamment judiciaire, et des questionnements attentifs aux processus historiques de pénalisation et de labellisation (sureté, tranquillité, sécurité, etc.) des politiques publiques ressortissant à la gestion des désordres.
 

Enseignement

  • Spécialisation critique en sciences criminelles
    • Histoire du droit pénal
    • Politique criminelle
  • Spécialisation critique en sciences sociales
    • Sociologie de la déviance
    • Sociologie des cultures
    • Méthodologie approfondie de l’enquête sociologique
  • Spécialisation linguistique
    • Langue étrangère (anglais, allemand ou espagnol)
  • Spécialisation par la recherche
    • Séminaires de criminologie
  • Méthodologie à la recherche
    • Méthodologie de la recherche, du mémoire

Compétences visées

  • Acquérir une connaissance approfondie des politiques pénales, de l’institution judiciaire, des dispositifs de prévention et de traitement des infractions.
  • Satisfaire une commande concernant une enquête de type sociographique, ethnographique voire historique, concernant une population déviante identifiée par la classe d’âge, le territoire, la nature de l’infraction ou de l’incivilité. Savoir en restituer les résultats sous la forme d’une rédaction de rapports d’études et de recherche.


Et après

  • Accès aux concours de la fonction publique : administration pénitentiaire, police, gendarmerie, protection judiciaire de la jeunesse,...
  • Au sein des collectivités territoriales : chargés de mission sur les questions (tranquillité et sécurité publiques, politique de la ville…)
  • Dans le secteur privé : secteur associatif (associations socio-judiciaires, prise en charge des mineurs, aide aux victimes, droit des femmes, contrôle judiciaire, ONG internationales …)
  • Dans les métiers de l’enseignement et de la recherche : concours